Echappatoires

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Echappatoires

Message par Shloupi le Lun 21 Avr - 11:40

Bonjour tout le monde ! Vous l'attendiez, elle est là (ça fait pas du tout mégalo ma phrase). Ma première histoire :


Et pour commencer, voici le prologue.

Prologue : Un Nouveau Monde:

Île de Mont-Saint-Raug, au large de l'île de Ré, 7 août 1789.


Château de Mont-Saint-Raug.


Je ne sais pas vraiment ce qui se passe. Tout est arrivé si vite. Ce courrier l'autre jour, que mon époux a lu, l'a tout de suite alerté. Il nous a dit que nous étions en grand danger. Les nobles ne sont plus désirés en France. Soit. Mais partir ainsi... Est-ce la bonne solution ?


Il est trop tard pour faire marche arrière, à présent. Nous avons presque tout pris au château.


Quitter cette demeure me rend triste. C'est l'histoire de ma famille qui repose ici. Mais comme le dit mon tendre Albert, nous n'avons certainement pas le choix.


- Vous êtes plongée dans vos pensées, ma chère ? intervint mon mari. Hâtez-vous, les derniers meubles vont êtres emportés.


- D'ailleurs, en reste-t-il ici ? Continua-t-il.

- Eh bien, le tableau ici, je crois, hésitai-je.


Je n'avais que peu de certitudes quand à ce départ. Et les domestiques que nous n'avions pas prévenus ? Et les villageois ? Allaient-ils saccager notre demeure ? Notre honneur était-il perdu à jamais ? Ces pensées me firent hésiter de plus belle.


- Albert.


Il se retourna vers moi, comme comprenant déjà ce que je m'apprêtais à dire.


- Oui, très chère ?


- Est-ce vraiment là ce que nous devons faire ? répondis-je timidement. J'ai tant de doutes...


- Allons, ma tendre épouse... Rassurez-vous, nous maîtrisons tout, tenta-t-il de me rassurer. Ayez confiance en ce départ. Cela sera bénéfique à tout le monde.


- Voyez, me voilà heureuse de savoir que vous comblez toujours mon enfant, mon cher Albert-Henri, mais le temps n'est pas au réconfort. Hâtez-vous.

Ma mère avait fait irruption dans l'entrée. Malgré ses 61 ans, elle était toujours alerte et énergique. C'est elle qui avait pratiquement tout organisé pour ce départ.


-Il reste un certain nombre de bagages encore, continua-t-elle. Nous devons nous presser !

- N'ayez point d'inquiétude, Maximilienne, rétorqua mon époux, les serviteurs qui viennent avec nous les emporterons. Nous devrions plutôt nous rendre au bateau.


Qu'allions nous faire de tous ces effets ? Fuir était une tâche que j'imaginais plus sauvage...


Nous nous rendîmes au bateau sans attendre.


- J'espère que vous avez tout réglé, s'enquit ma mère. Les voiles sont elles prêtes ?


- Elles vont êtres installées d'un instant à l'autre. Les marins ont accepté sans trop de problème.


- Je l'espère bien. J'espère également que vous avez pris des dispositions quand à leur coucher. Nous ne voulons pas de la fréquentation de ces gens de mauvaise vie.


- Il n'y aura point de rencontre entre vos personnes, soyez tranquille, mère.

Ma sœur. Elle avait pris son air malicieux, qui maîtrise parfaitement les situations. Elle a toujours été à l'écart, et vivait dans ce qu'il restait de l'ancien château. C'était une personne étrange, mais je l'aimais toujours.


- Eh bien, Isaure, remarqua Albert, votre fidèle suivante n'est pas avec vous ?


-Eh bien non, répondit-elle. Elle s'occupe de derniers détails dans ma demeure. Mais entrez, vous ne voudriez pas nous mettre en retard, tout de même. Armand, faites prévenir les marins de notre départ proche.

-Bien, Madame.


- Finalement, peut-être que nous n'avons pas tout raté en te mettant au monde.

-Je vous en prie, mère, c'est un plaisir pour moi également.


Le conflit entre ma mère et Isaure était de longue date. C'était elle l'aînée, et jamais elle ne voulut céder à un quelconque prétendant. Poursuivre la lignée de notre famille était son rôle, mais me le laissa volontiers. Elle avait des préoccupations bien plus importantes, à ce qu'elle me confiait.


Et c'est ainsi que le bateau partit, après l'avoir rempli des dernières affaires...


- Allons, ne faites pas cette tête, mon amour, me dit Albert.

- Je ne sais pas... Tout cela est si précipité, répondis-je. Est-ce vraiment mieux que notre demeure, là où nous allons ?


- Mais bien évidemment ! s'enthousiasma-t-il. Nous partons pour l'Amérique, la Nouvelle-France! N'est-ce pas merveilleux ? Une nouvelle vie... Un nouveau monde !


Oui. Un nouveau monde...
avatar
Shloupi
Architecte de l'Atlantide

Messages : 448
Date d'inscription : 03/01/2014
Age : 25
Localisation : Orléans

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Echappatoires

Message par Liloo le Lun 21 Avr - 11:45

Vraiment pas mal :D Hâte de voir la suite !
avatar
Liloo
Crevette bavarde

Messages : 1000
Date d'inscription : 23/12/2013
Age : 24
Localisation : Var

Voir le profil de l'utilisateur http://neo-and-toulouse.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Echappatoires

Message par Sleio le Lun 21 Avr - 11:47

Aaanh j'adore !! Tes plans sont géniaux. J'adore cette période en plus ! Uhu ! Bon par contre l'Albert il fait peure. Enfin il fait assez caricature XD et la mère ... Gasp... Un vrai dragon XD Par contre j'adore Isaure, très expressive.

Bref ! Il fut long mais l'enfant est un bien bel enfant.
avatar
Sleio
Royauté marine

Messages : 952
Date d'inscription : 20/12/2013
Age : 28
Localisation : Chez Morphée !

Voir le profil de l'utilisateur http://sleio.deviantart.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Echappatoires

Message par Moinonyme le Lun 21 Avr - 11:48

Héhé, on l'aura attendu ce prologue ! ^^
Enfin bon, l'attente en valait la peine ! :) Même si 'est un peu long pour un prologue on a déjà un aperçu des personnages. J'ai hâte de voir comment la narratrice va s'adapter à son nouveau domicile... Ou si elle s'adaptera ^^

_____________________________________________
Vous aimez les Légacy ?
Vous aimez l'humour un peu pourri ?
Hé, Megane ! Tais-toi !
Megane: C'est une signature, hein. Raconte pas trop ta vie.
Breeef... Retrouvez Megane Cavanaugh dans son Légacy ! C'est par ici que ça se passe ! Et on en est déjà à la génération 4 !
avatar
Moinonyme
Descendance royale

Messages : 1021
Date d'inscription : 20/12/2013
Age : 21
Localisation : Devant mon assiette de la cantine de l'asile.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Echappatoires

Message par Jx2-TLoove le Sam 26 Avr - 9:08

J'adore trop, c'est pour cela que je vais suivre ton histoire :)
avatar
Jx2-TLoove
Petit poisson

Messages : 243
Date d'inscription : 27/01/2014
Age : 22
Localisation : 30

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Echappatoires

Message par Shloupi le Lun 12 Mai - 13:52

Coucou! Me revoilou pour un nouvel épisode! Alors j'aime autant vous prévenir, ça va légèrement changer du prologue... enfin vous verrez qu'ils ont un rapport au fil de l'histoire, pour l'instant, je vous laisse découvrir ^^

Liloo: Huhu, merci :3

Sleio: Merci beaucoup, c'est super gentil ^^ J'ai essayé d'atténuer ce côté d'Albert, mais bon, ça le faisait naturellement avec sa tronche XD Et je suis content d'Isaure ^^

Moinonyme: Haha, tu le verra peut-être ;) En tout cas merci à toi aussi!

Jx2-TLoove: merci à toi :)


Episode 1:

De nos jours, Charlottebourg, Gaspésie.



Ça y est, j'y suis enfin. Mes études terminées, je quittai l'université pour rejoindre ma meilleure amie dans l'ancienne maison de sa tante, morte l'an dernier. Sa famille n'avait pas eu le cœur de s'en séparer. Et ça lui faisait un logement à la sortie de la faculté... c'est un peu la chance dans son malheur.



On m'avait parlé longtemps de cet endroit, que l'on appelait la vallée du crépuscule. L'endroit était connu pour ses paysages très beaux, à ce qu'on m'en avait dit. J'arrivais à l'entrée de la ville, où je pouvais déjà voir la ville se vanter de sa réputation de lieu touristique de choix.



J'entrevis derrière les arbres les grandes collines typiques de la région, et me réjouis d'avance du panorama que je pourrais avoir. La nature était toujours fascinante...



C'est drôle, mais dès les premiers bâtiments, des souvenirs me revinrent. J'y avais passé quelques vacances, et la ville ne semblait pas avoir tant changé que cela.



Je déposais ma voiture dans l'allée que l'on m'avait laissé de libre, derrière la maison.



Elle se tenait toujours là, cette vieille et grande maison, face à la mer. La revoir me faisait vraiment plaisir, et de voir qu'elle n'avait pas changé encore plus. C'était comme un retour dans l'enfance, où je me revoyais m'adonner à diverses activités insouciantes... Je constatai alors que Spooky avait bien grandi, il était là pour tenir compagnie à celle qui habitait les lieux dans les dernières années de sa vie. Cette femme était quasiment devenue ma propre tante au fil des années.



-Hey, salut toi ! lui lançai-je en lui frottant la tête. T'es devenu sacrément beau, dis-moi, qui c'est qui te nourrit aussi bien ?

Il aboya joyeusement, me reconnaissant même après toutes ces années. C'était un retour agréable...



-Je vois que tu ne perds pas tes repères comme ça, fit une voix en haut du perron.



C'était Alice. Ma meilleure amie, avec qui je partage tout depuis l'école. Nous avons tout fait ensemble, même les études. Elle était partie un mois plus tôt pour s'installer dans la maison, et je l'avais rejoins après avoir fait les dernières valises, et validé mon dernier semestre au rattrapage. Il me manquait quelques matières. Je n'étais pas aussi bonne qu'Alice, mais il faut dire que pour concurrencer la quatre fois major de promotion, il fallait y aller.



Je me jetai dans ses bras, comme si nous nous étions quittées depuis des années.

-Alice ! m'enthousiasmai-je. Je suis contente de te revoir !
-Ça va, me répondit-elle en riant, ça ne fait qu'un mois. Bon, alors, ce rattrapage ?
-Bah écoute, c'était pas mes matières préférées, tu t'en doute. Je me suis contentée de bosser à fond les plus gros coefs et puis le reste... ben j'ai essayé de maintenir la note, hein. Enfin j'ai eu ce semestre en plus !
-Ah, c'est chouette ! Enfin, tu sais, tu pouvais avoir ton année par compensation.



-Oui, mais je préférais avoir des points en plus, ça me rassure.

Il y eut un léger silence avant que je me décide à poser une question.

-Et toi, alors ? Je veux dire... ta famille, ça va ?
-Oh, tu sais, on fait avec. Et puis ça va faire presque un an maintenant.

La mort de tante Firmine les avait touchés de plein fouet, soudainement. Ses parents et ses cousins avaient été atterrés par cet évènement. Elle était décédée d'un arrêt cardiaque, à 67 ans. Depuis, je prenais des nouvelles régulièrement. Mais ma meilleure amie rompit le silence triste installé.



-Allez, me lança-t-elle, viens à l'intérieur, il y a quelqu'un qui va te faire plaisir de revoir.
-Ah oui, c'est vrai ? Qui ça peut-être ?



-David, on a une invitée !
-Hein ? se prit-il la peine de répondre. Ah, salut.

David, son frère jumeau. Il n'avait même pas daigné se tourner vers nous. Cela interloqua Alice, ce qui me fit sourire.



-Euh, David, c'est Aurore qui est là ! Tourne un peu la tête par ici plutôt que de rester fixé à cet écran !
-Deux minutes là, répondit-il précipitamment, je finis...
-David ! C'est Aurore ! Le coupa-t-elle, en insistant.

Il se tourna et réagit enfin à ma présence.

-Ah, euh, merde ! bredouilla-t-il. 'scuse, j'arrive !



Il se leva et vint m'embrasser. Cela faisait une éternité que je ne l'avais pas vu, mais ma joie fut la même. Il nous accompagnait souvent pour jouer lorsque nous étions enfants. C'est au moment du lycée qu'il tourna mal, et régulièrement, Alice me donnait des nouvelles. Je sais qu'il a échappé de peu à la prison, mais qu'il sortait tout juste de maison d'arrêt pour désintoxication. Ses fréquentations n'avaient pas été des plus recommandables... Mais il était revenu ici pour un nouveau départ.

-Ca me fait super plaisir ! S'enthousiasma-t-il. Combien de temps ça fait ma p'tite sœur ?
-Ouais ouais, c'est ça, rattrape toi, me moquais-je.



-Bon, viens avec moi, reprit Alice. Je vais te montrer là où tu vas dormir. David, tu sers le déjeuner ?
-Ça marche, rétorqua-t-il.

Je suivis alors Alice vers l'escalier, en jetant un dernier coup d’œil vers le séjour. Cette maison n'avait décidément pas changé. Toujours cette vieille atmosphère nostalgique, coincée dans le temps, réconfortante et chaleureuse...



-Bon, me lança ma meilleure amie, je te préviens, c'est pas le grand luxe, mais on a pas eu le temps de changer les meubles. C’était la chambre où on dormait quand on était petits.
-Ah mais oui, je me souviens ! Vous me sortiez un matelas et un duvet quand je venais, remarquais-je. C'est pas grave, je sais me contenter de peu !



-Voilà, ici, me montra-t-elle. On essayera de chercher dans l'année un lit double, et puis on fera de la place. Tu verras, tu seras bien ici.



Elle regardait la chambre avec un petit sourire.

-Enfin ça va me faire bizarre quand même, de changer les lieux. On a vécu tellement de choses ici. Rien que de regarder tout ça... ça me redonne des souvenirs !
-Je ne veux pas m'imposer, tu sais, vous n'êtes pas obligés de changer cette pièce rien que pour moi.
-Non, non, on peut le faire. Et puis tu as ta place ici. Toi aussi tu en as vécu des choses dans cette maison...

C'est vrai que j'étais souvent avec eux. Ma famille... je n'en avais quasiment pas. Je vivais avec ma mère, mais elle avait un travail si prenant. Je l'aimais, oui, mais pour le temps que je la voyais... j'aurais aimé passer plus de temps avec elle. Elle est morte à l'usine, accident du travail. J'avais 19 ans. Heureusement que j'avais Alice. Sa famille était tout ce qu'il y a de plus normale, avec des parents plutôt aisés mais pas trop, et surtout adorables. Ce sont eux qui m'ont offert mes études. Alice interrompit de nouveau mes réflexions.



-Je te laisse t'installer, je vais m'occuper du déjeuner avec David. À tout de suite !
-D'accord, à tout de suite !

Je déchargeai alors ma voiture, et installai mes quelques affaires dans la chambre, rapidement, pour rejoindre tout le monde à table.

-J'ai un petit boulot en librairie, commença Alice, mais je connais quelqu'un au restaurant pas loin qui m'a dit qu'ils avaient besoin d'une serveuse. Ça te dit?
-Hé, pourquoi pas, répondis-je. C'est un bon début. C'est où exactement ?
-Je te montrerai, c'est un petit truc qui a des tarifs plutôt bas. Enfin bref, tu verras. Sinon, tu as quelque chose que tu veux faire dans l'après-midi ?



-Hum... hésitais-je, en fait, il fait beau, et je serais bien tentée par la piscine. J'ai vu qu'elle était ouverte en passant.
-Bonne idée, ça nous fera du bien ! Tu viens avec nous, frangin ?
-Heu, ouaif... nan. Rétorqua-t-il. Ça me dit trop rien la piscine.
-Ouais, ironisa Alice, j'en connais un qui va encore occuper son après midi avec la console et la musculation.
-Et si plutôt que de me faire ch... tu montrais à Aurore quelque chose qui lui appartient ?
-Ah mince, j'avais oublié ! Aneth !



-Oh, c'est vrai ?! Vous l'avez déjà ? m’enthousiasmai-je.
-Bien sûr, me rassura Alice, il doit être entrain de manger dans la cuisine. On ira le voir après.



-Oh, mon minet ! M'exclamai-je.

Je me précipitai vers mon chat, que nous avions à l'université, et qui habitait avec moi et ma mère avant cela. Il s'adaptait bien au changement, c'était un chat intelligent. Et le dernier souvenir de ma mère, qui plus est...



-Alors, t'es toujours là mon vieux pépère ? Content de me retrouver, hein ?

Il me lâcha un petit miaulement assez grave pour un chat, comme pour me dire oui. Il était déjà vieux, mais il était en bonne santé. Cela devenait étonnant, selon les médecins.



Alice interrompit les réjouissances pour m’appeler.

-J'ai préparé nos affaires, tu viens ?
-Ça marche, répondis-je avec joie. On y va comment ?
-Oh, à pied, c'est pas loin.
-Okay, répondis-je simplement.

Nous arrivâmes en peu de temps à la piscine, pour nous changer, et nous baigner un peu. Après quelques temps, nous nous installâmes à deux chaises, pour discuter un peu et prendre à manger.



-C'est vrai que c'est une très chouette piscine, elle est toujours bien entretenue, remarquai-je.



-Ils ont une super collection de palmiers, ajouta Alice, tout ça pour une piscine! La municipalité est assez riche dans le coin.
-Tu m'as dit que c'était une famille d'anciens nobles français qui étaient installés ici, je crois ?
-Oui, depuis la fin du XVIIIe siècle. Il paraît qu'ils possèdent encore une bonne partie de la ville, mais je saurais pas dire.



-Au fait, tu voulais pas une glace, toi ? s'étonna mon amie.
-Ah mais si, c'est vrai ! Non, mais quelle cruche, je te jure.
-Haha, je vais te la chercher, s'amusa-t-elle.



-Tu vois, qu'est-ce que je ferais sans toi ! M'amusai-je à mon tour. Tu m'en prends une vanille-coco ?
-Okay, je te prends ça.

Tandis qu'Alice était partie, j'observais le reste de la piscine, et tous les gens qui s'y amusaient. C'était calme, un jour d'école, il n'y avait pas d'enfants. Lorsque je vis cette femme. Elle sortit de l'eau, elle n'avait pas mouillé ses cheveux, et monta l'échelle avec une certaine élégance.



J'étais tout à coup attirée par la brillance de ses cheveux, et sa beauté naturelle, alors qu'elle semblait d'un certain âge...



Mais ce qui me frappa le plus, c'est sa grâce, sa taille élancée...



...et surtout, la couleur dorée de ses yeux, qui sublimait son visage, d'une noblesse d'expression incroyable.


Dernière édition par Shloupi le Dim 15 Juin - 14:32, édité 3 fois
avatar
Shloupi
Architecte de l'Atlantide

Messages : 448
Date d'inscription : 03/01/2014
Age : 25
Localisation : Orléans

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Echappatoires

Message par Sleio le Lun 12 Mai - 14:03

Annh mais c'est super bien ! Shloupi je veux la suite >.< Bon toutes tes femmes ont un menton pointu mais c'est un détail ^^'
avatar
Sleio
Royauté marine

Messages : 952
Date d'inscription : 20/12/2013
Age : 28
Localisation : Chez Morphée !

Voir le profil de l'utilisateur http://sleio.deviantart.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Echappatoires

Message par Moinonyme le Lun 12 Mai - 17:01

C'est génial Shloupi ! :D Si tous tes épisodes sont comme ça, je comprends le temps que tu mets à les poster ^^ (Euuuuh, ce n'était pas une critique, hein ! Au contraire ! Même si comme compliment on fait mieux)
Breef ! J'ai hâte d'en savoir plus sur la famille de Mont-Saint-Raug et sur la façon dont ils ont fondé la ville (si c'est eux ^^) La dame qui sort de l'eau est une de leurs descendantes, non ?

_____________________________________________
Vous aimez les Légacy ?
Vous aimez l'humour un peu pourri ?
Hé, Megane ! Tais-toi !
Megane: C'est une signature, hein. Raconte pas trop ta vie.
Breeef... Retrouvez Megane Cavanaugh dans son Légacy ! C'est par ici que ça se passe ! Et on en est déjà à la génération 4 !
avatar
Moinonyme
Descendance royale

Messages : 1021
Date d'inscription : 20/12/2013
Age : 21
Localisation : Devant mon assiette de la cantine de l'asile.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Echappatoires

Message par Ayonah le Lun 12 Mai - 18:03

Chut Nyme, tu vas tout gâcher   (^^)
Shloupi c'est vraiment génial ! Tes sims sont superbes, les décors sont tellement beaux... et les habits de l'époque !!  Et ta manière d'écrire :D
Enfin si je commence a faire la liste on est pas couchés xD
C'est vraiment génial, j'ai hâte de lire la suite   
avatar
Ayonah
Fouineur des mers

Messages : 346
Date d'inscription : 11/04/2014
Age : 19
Localisation : Devant mon ordi :3

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Echappatoires

Message par Liloo le Jeu 15 Mai - 6:43

Génial !!! J'adore    
avatar
Liloo
Crevette bavarde

Messages : 1000
Date d'inscription : 23/12/2013
Age : 24
Localisation : Var

Voir le profil de l'utilisateur http://neo-and-toulouse.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Echappatoires

Message par Shloupi le Mar 20 Mai - 22:14

Sleio: Merci beaucoup encore une fois ^^ Oui, bon, c'est une forme de visage que j'aime bien, alors ça me choque pas tant que ça en fait XD J'espère que ça ne va pas gâcher la lecture :p

Moinonyme: Haha, tu verras, tu verras (tout recommencera, tu verr... eeuhh, je pars où moi??  ) Bref bref, j'en dis pas plus ^^ Merci beaucoup en tout cas :)

Ayonah: Héééé, merci, c'est vraiment gentil à toi :) Bon, je sais pas si on peut réussir à faire taire Nyme, mais tu dois sûrement en savoir plus que moi XD

Liloo: Merci ;)


Bref, et c'est parti pour un nouvel épisode! :D

Episode 2:

Je me suis demandée pourquoi j'avais été si troublée. Ce n'était qu'une femme. Mais elle avait quelque chose de peu commun. Quoiqu'il en put être, je préférais ne plus y penser. Le soir, sur la plage, je m'asseyais pour profiter du panorama, et réfléchir à mon retour ici.



-C'est bizarre de se retrouver ici, après toutes ces années à l'université, non ? me demanda Alice.
-Je sais pas... C'est comme un retour en arrière. Mais agréable.



Elle vint s'asseoir à mes côtés, pour profiter de la vue.

-C'est pas faux, ajouta-t-elle simplement. L'endroit est tellement joli.
-Au fait, vous avez une connexion ? J'ai besoin de consulter internet, je dois avoir deux trois trucs à y vérifier, genre mes mails, tout ça...
-Ah non, le réparateur de la ligne est toujours pas là pour nous en installer une nouvelle. Ça doit bien faire un mois qu'on a appelé, c'est même un des premiers truc qu'on a fait !
-Vous rigolez ? Et ils sont toujours pas là ?!
-Non...



-Eh, mais sinon, remarqua-t-elle, il y a toujours la bibliothèque ! Ils ont des ordis à disposition.
-Ah, super.

Je répondis sans grande conviction, déjà plongée dans mes pensées. Cet endroit me rendait décidément rêveuse...



Le lendemain matin, je devais me rendre à mon entretien d'embauche. Le travail que m'avait trouvé Alice était une belle opportunité. Mais j'étais angoissée à l'idée de me retrouver en face d'une personne qui me juge. Je n'étais assurée de rien.

-Prête ? me lanca Alice.
-J'espère, répondis-je, peu convaincue.
-Mais si, tu vas tout déchirer, moi je te le dis ! Attends, c'est une femme super sympa, et l'ambiance du restau a beau être un peu dépassée, elle est quand même cool.



-Ouais, et je lui réponds quoi moi si elle me demande si j'ai de l'expérience en cuisine ?
-Mais elle va pas te demander ça ! Tu va faire serveuse.
-C'est pareil, j'ai pas de formation en service restauration, moi.



-Hey, du calme ! C'est pas l'entretien de ta vie, hein. Et puis tu sais, au pire, si tu rates, on peut trouver autre chose.
-Désolée, admettai-je, c'est que je suis angoissée de nature, alors avec ça...
-Ha, c'est pas comme si je te connaissais depuis quasiment toute petite !



-C'est vrai, riai-je. Je devrais te faire confiance quand même depuis le temps.
-Allez, rassure-toi, ça va bien se passer.

Alice avait toujours un côté très assuré, qui venait naturellement de sa réussite dans tous les domaines. Elle ne s'est jamais vraiment confrontée à la difficulté, tout lui est venu naturellement. C'était énervant pour beaucoup de personnes, mais cela suscitait surtout mon admiration. J'étais plutôt heureuse d'avoir une telle amie à mes côtés.



-Ah, changeai-je de sujet, j'espère que la connexion marche bien à la bibliothèque ! Facebook et twitter ont trop attendu !
-C'est sûr que les gens vont avoir hâte que tu leurs racontes que tu as testé une nouvelle sorte de pâtes.
-Hé ! C'est très intéressant ce que je raconte !
-Mais oui, mais oui...
-Hey ! Je suis en retard avec tout ça, moi !

Je tapai gentiment et affectueusement Alice, avant d'engouffrer rapidement le reste de mes pancakes, et de filer vers la voiture, armée de mes papiers en tous genres...



J'arrivai alors devant ce petit restaurant, dont la devanture était sortie tout droit des années cinquante. Et pourtant, le métal brillait au soleil comme s'il n'avait pas subi les ravages des intempéries. Décidément, cette ville semblait bloquée dans un passé bucolique et pittoresque.



J'avançai vers la porte, et ce furent étrangement de longues secondes, où toutes les possibilités de rencontres et de situations me traversèrent l'esprit. Les idées défilaient, des plus drammatiques aux plus étranges, en passant par les plus orgueilleuses, où je me voyais déjà me remettre des prix de cuisine. La tension se faisait de plus en plus ressentir, jusqu'à sentir mes mains et mon visage chauffer au moment même où ces premières touchèrent la poignée de la porte d'entrée.



Les mots ne jaillirent pas de ma bouche comme je l'avais espéré, mais heureusement, l'interlocutrice qu'était la petite dame qui tenait le bar pris les devants et se chargea de parler, me délivrant secrètement d'une torpeur qui m'avait alors prise dès que je franchis le seuil de l'entrée.

-Je peux faire quelque chose pour vous, mademoiselle ?



S'ensuivit alors une rencontre fort sympathique, en fait, tout à fait banale, loin de ce que j'aurais pu imaginer dans mes fantasques pensées. La visite fut brève, la discussion concise, mais l'issue bonne, et je me retrouvai avec un bon départ pour une période d'essai. J'avais au moins ça.



L'après-midi, je me suis alors jetée sur les limbes de l'internet pour y satisfaire ma soif de connaissances inutiles, et pourtant si essentielles. Mais alors redécouvrant l'endroit, je constatai le logiciel d'archivage de la bibliothèque, dont il me vint à l'idée de parcourir. Je tombai rapidement sur la famille dont m'avait parlé Alice, qui était installée ici depuis la fin du XVIIIe siècle. C'est drôle comme je pouvais me passionner pour ces grandes personnes riches qui possédaient tant. Il y était de nombreux écrits anciens, relatant de titres de propriétés ou de changement de titre de noblesse. Ils s'appellaient les De Mont-Saint-Raug avant, et prirent le nom du mari de l'héritière : D'Aullières. C'était amusant, pour une fois que l'héritière n'était pas un homme, il fallut que le destin les pousse à tricher pour écrire l'histoire autrement. Mais les photos que j'y trouvai me firent alors sursauter. J'aurais dû m'endouter, la femme que j'avais vu l'autre jour, elle en était l'héritière.



Mais l'on dit souvent que lorsqu'on parle du loup, on en voit la queue. C'est fou comme ce proverbe est vrai, et je sursautai à nouveau, en voyant la très troublante coïncidence se profiler dans la bibliothèque...



Je fus alors prise d'un élan étrange, qui m'attira tout de suite vers elle. Je me mis à l'encadrure de la porte, prête à la suivre pour aller lui parler.



Mais je me repris. Que m'arrivait-il tout à coup ? Pourquoi étais-je si fascinée ? Comment pouvais-je me diriger spontanément vers quelqu'un que je ne connaissais pas, sans raison autre que la curiosité ? Je résistai à quelque chose d'étrange, comme attirée par une famille qui m'apparaissait soudainement comme légendaire... N'en faisais-je pas un peu trop ?



Les sorts que jette le destin sont pourtant assez tordus. J'allais simplement ranger un livre à l'étage, me remettant d'un récit palpitant sur un homme qui combattait la mer avec courage et ferveur, dans le seul but de retrouver un jour sa terre et sa famille, pour enfin lui rapporter de quoi la nourrir. Je rêvais encore à l'attente de la réussite...



Mais alors je la vis. Là, devant moi, cherchant des livres. J'étais à nouveau bloquée. Je me trouvais sans contenance et je riais intérieurement de mon excessive émotion. Mais mon subconscient me dictait de lui parler.



Mon sang ne fit qu'un tour à la vue du livre qui gisait par terre non loin de là. Il n'y avait personne d'autre dans la pièce, il était sûrement à elle. Et quand bien même il ne l'était pas, c'était une trop belle occasion.



Sans vraiment réfléchir plus à ce que je faisais, je me dirigeai alors vers l'objet et le rammassai pour lui apporter.



-Excusez-moi... m'aventurai-je.
-Oui ?

La réponse qu'elle me fit ne fut qu'un mot, mais l'intonation de sa voix résonnait déjà comme une ribambelle de cloches dans ma tête. Son ton avait été si élégant, bien qu'emprunt d'une légère froideur. Je ne pus m'empêcher d'afficher un léger sourire en lui répondant.



-Eh bien, euh... j'ai vu ce livre par terre, j'ai pensé qu'il était à vous.



-Ah, en effet, je vous remercie, j'ai bien failli partir sans !



-Pas de problème, c'était juste là, je l'ai vu alors, je l'ai pris...



-Eh bien, c'est très gentil à vous. Je dois y aller, je suis pressée, mais merci encore.



Je restai là comme une idiote. Je n'avais proféré que quelque mots, incapable d'engager plus profondément la conversation. J'étais certaine d'avoir paru stupide à cette dame qui semblait de toute évidence occupée. Ma contenance s'était tout à coup envolée.



Je rentrai légèrement désorientée. Que venait-il d'arriver, en fait ? Je n'ai pas bien compris ce qui m'avait pris... J'essayais de ne plus y repenser, de me plonger dans un autre sujet de souci à nouveau.



Pourtant, j'étais intriguée. Happée comme n'importe qui dans l'appât du gain. Quelque part, en haut de la colline, derrière les arbres, se tenait une famille détenant des richesses que le commun des mortels n'avait peut-être jamais vu.


Dernière édition par Shloupi le Ven 17 Oct - 7:55, édité 2 fois (Raison : je mélange les expressions moi...)
avatar
Shloupi
Architecte de l'Atlantide

Messages : 448
Date d'inscription : 03/01/2014
Age : 25
Localisation : Orléans

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Echappatoires

Message par Sleio le Mer 21 Mai - 7:23

Ohoh !! Mais qui est donc cette blonde ? De toute façon, les blondes sont intrigantes de nature ! Si, si, si ! Parole de Scout !! ... Mais qu'est ce que je raconte XD En tout, je veux une suite !
avatar
Sleio
Royauté marine

Messages : 952
Date d'inscription : 20/12/2013
Age : 28
Localisation : Chez Morphée !

Voir le profil de l'utilisateur http://sleio.deviantart.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Echappatoires

Message par Ayonah le Mer 21 Mai - 11:44

C'est vraiment super :D

(note pour Shloupi : nan on peut malheureusement rien faire pour faire taire Moinonyme...mais j'y travail !)
avatar
Ayonah
Fouineur des mers

Messages : 346
Date d'inscription : 11/04/2014
Age : 19
Localisation : Devant mon ordi :3

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Echappatoires

Message par Liloo le Mar 27 Mai - 12:53

Super cette suite au fait !   
avatar
Liloo
Crevette bavarde

Messages : 1000
Date d'inscription : 23/12/2013
Age : 24
Localisation : Var

Voir le profil de l'utilisateur http://neo-and-toulouse.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Echappatoires

Message par Sora le Mar 3 Juin - 1:24

T'attends quoi pour nous poster la suite? :3

(Eh, je viens de lire le deuxième épisode, c'est vraiment chouette ton histoire! La façon dont tu narre, les personnages, les maisons... Wow, je n'ai rien à dire!)

_____________________________________________
She's in the Class A Team, stuck in her daydream and been this way since eighteen, but lately her face seems slowly sinking, wasting, crumbling like pastries and they scream ''the worst things in life come free to us''.
Anna May ou la Vérité toute crue, Une vie de colocataires et mon portfolio personel sont par là!
avatar
Sora
Descendance royale

Messages : 585
Date d'inscription : 23/12/2013
Age : 21
Localisation : Canada

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Echappatoires

Message par kellanna le Mar 3 Juin - 17:54

super ton histoire shloupi ! j'ai lu tout d'un coup (bon en meme temps, il n'y a que le prologue et 2 episodes xD )
vivement le prochain episode :)
avatar
kellanna
Petit poisson

Messages : 212
Date d'inscription : 28/01/2014
Age : 29
Localisation : haute-normandie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Echappatoires

Message par Shloupi le Sam 21 Juin - 22:53

Sleio : Les blondes sont les plus remarquables, c'est pour ça (sauras-tu distinguer la vile flatterie qui se cache dans cette phrase ?  )

Sora : Voilà voilà, du calme, j'arrive XD Merci beaucoup en tout cas ^^

Liloo : Merciiiii ^^

Ayonah : Merci beaucoup aussi :) (Tant pis, c'est pas grave... De toutes façons elle en ferait autant en ne parlant pas, hein ? Si si, elle en est capable, j'en suis sûr XD)

Kellana : Merci à toi, c'est très gentil :)

Bref, moi aussi je vous aime ! \o/ (dans la limite du raisonnable bien sûr) Mais passons à l'essentiel, maintenant, si vous le voulez bien.


épisode 3:

Je rentrais une fois de plus, du travail, commençant à m'habituer à cette petite routine qui s'installait peu à peu...



Les jours passaient relativement rapidement, et je me plaisais ici. Le cadre agréable de la mer et le calme de la petite ville étaient plaisants, et le travail n'était pas si éprouvant, même si les commandes à domicile étaient plus embêtantes. Mais je m'acquittais de tout cela sans trop de mal.



David se tenait encore sur le porche, légèrement comateux, comme à son habitude. Il avait un rythme de vie légèrement déconnecté...

-Salut David, engageai-je.
-Salut.
-ALice est à l'intérieur ?
-Yep.



Il se redressa lentement, comme pour se sortir d'un état proche du sommeil.

-Eh ben, c'est dur comme ça ? m'amusai-je.
-J'me fais chier surtout, pas de motivation. Alice est avec un mec à l'intérieur entrain de discuter de bouquins. Tu le connais ?
-Ah, euh, j'en sais rien, je l'ai pas encore vu. Sûrement un collègue...



J'entrai alors dans la maison, découvrant un débat intellectuel autour de livres qui semblait mené avec beaucoup de réflexion...



-Non tu comprends, argumenta l'homme aux côtés d'Alice, j'ai des doutes sur le point de vue du client dans tout ça. On a des habitués et réorganiser les magazines ça pourrait nous faire perdre en fidélité sur pas mal de monde...



-Mais non, justement, réfléchis, c'est l'occasion de faire découvrir de nouvelles lectures, en les mettant un peu en valeur parmi celles que les gens ont l'habitude de voir !
-Je ne sais pas...
-Ahem, interrompis-je, je dérange peut-être ?



-Ah, salut Aurore ! fit Alice.
-Salut, répondis-je. Tu débats d'une nouvelle disposition des magazines ?
-Ouais, ça ferait peut-être pas de mal au magasin, on a de nouveaux abonnements. Au fait, je te présente Chris, il travaille avec moi à la librairie.
-Salut ! ajouta simplement ledit Chris.
-Enchantée, fis-je.



-Bon, eh ben c'est pas tout, mais je ferais bien de repartir, il est tard. On en rediscute demain, Alice ?
-Pas de problème, on a encore le temps !



Je les regardais se faire la bise, non sans un certain amusement...

-À demain, rentre bien, lui conseilla Alice.
-T'inquiète, bonne soirée.



Je me tournai alors vers Alice, qui le regardait partir.

-Dis-donc, toi, tu me prendrais pas pour une cruche, des fois que ?
-Je ne vois pas du tout ce que tu veux dire, me répondit-elle avec une extrême mauvaise foi.
-Ouais, c'est ça...

Elle attendit un moment qu'il soit hors de la rue, avec un sourire aux lèvres, avant de mettre fin au silence :

-Il est sexy hein ?!



Nous éclatâmes alors dans un rire tonitruant digne de dindes excitées, comme nous savions parfois si bien le faire...

-J'y crois pas ! m'enthousiasmai-je. Et ça fait combien de temps comme ça ??
-Il me fait de l'oeil depuis un mois, haha !



-Mais t'en parles à personne, hein ? ajouta Alice.
-Promis, ris-je.



Alice se retourna aux pas sur le perron. David s'apprêtait à partir.



-On peut savoir où tu vas comme ça, David ?



-Euuh, je vais juste me balader un petit coup sur la plage, je prends un peu l'air, quoi...



-Ouais, j'y crois pas trop. Tu fais beaucoup de sorties comme ça ces temps-ci, le juge a dit que c'était déconseillé de partir trop loin de la maison, si tu vois ce que je veux dire.



-Mais putain, tu peux pas arrêter de me casser les couilles deux minutes ?! Tu t'es pris pour maman ou quoi ?! T'as pas envie de me faire des analyses quand je rentre ? Tu me fous la paix ! ça ira mieux pour toi et moi !



-DAVID ! Tu me parles pas comme ça ! Je te préviens si tu fais des conneries c'est pas moi ou maman qui allons te punir, là, okay ?! C'EST GRAVE, MERDE !!

Mais David préféra nous tourner le dos et nous ignorer, en partant vers la plage...



-Hé, du calme, tempérai-je. T'emporte pas, il voulait peut-être pas dire ça...
-Désolée, se calme Alice, mais... il me fait tourner en bourrique, et je suis inquiète... Tu te rends compte s'il recommençait ?
-Je sais... mais il disait sûrement la vérité, après tout, non ? Allez viens, on va à l'intérieur.



Alice s'attela alors à préparer le dîner.

-Je fais une salade, t'en dis quoi ?
-Ça me va très bien. Je mets la table ?
-Occupe-toi surtout d'enlever l'ordi de la table, s'il te plaît, t'embête pas pour le reste.
-Pourquoi tu l'as mis là, au fait, on ne s'en est même pas servis ?-Je pensais regarder mes mails avant de manger, mais j'ai plus la tête à ça, là...



Mais le téléphone ne me laissa pas le temps de faire grand chose. Je décrochai avec peu de volonté en voyant le numéro de ma patronne s'afficher.

-Oui, Émeline ?
-Aurore ! Je sais que vos heures de travail sont terminées, mais j'ai besoin de vous pour une commande à domicile, tous les autres sont occupés !
-Vraiment ? Oh, eh bien... d'accord.
-Vous êtes une ange, ma cocotte ! Venez dès que vous pouvez au restaurant et je vous donne le paquet et l'adresse.
-Très bien, à tout de suite.

Je raccrochai, légèrement dépitée de devoir interrompre mon repas avec Alice, qui semblait en avoir besoin.



-Un problème ? dit-elle en arrivant dans la pièce.
-Ouais, répondis-je. Ma patronne a personne d'autre que moi pour une livraison.
-Ah merde... j'imagine que tu as dit oui ?
-J'étais obligée... je vais pas faire mauvaise impression, je suis nouvelle. Est-ce que ça va aller ?
-Ouais, vas-y, ça fait rien. Je te mets les restes au frigo.
-Merci, t'es trop mignonne.

J'embrassai affectueusement sur la joue Alice, avant de filer au travail.



Peu de temps après, j'arrivai derrière le grand immeuble d'affaires de la ville. Ce n'était pas la première fois que je devais livrer une commande ici. Généralement, c'était au même nom, et un employé venait la récupérer pour la personne. Ce devait être quelqu'un de haut placé.



Je patientais à chaque fois un certain temps, seule. Cela devenait légèrement lassant mais qu'importe, c'était mon travail, après tout.



Je décidai alors de passer par la plage en rentrant, histoire de me changer les idées. J'avais besoin d'un peu du bruit des vagues et du vent frais du soir...



Mais je fis une rencontre perturbant ma promenade, et le calme de mon esprit.

-Hey, me fit David
-Hey, répondis-je machinalement.



-Tu te promènes toi aussi ? Eh... ecoute, j'suis désolé pour tout à l'heure... j'aurais pas dû lui répondre mal. Pas devant toi.



-Ecoute, David, c'est pas grave. J'imagine que de vous voir quasiment vingt-quatre heures sur vingt-quatre, ça vous met un peu l'un sur l'autre, et ça joue sur les nerfs. Alice aussi s'est emportée...



-Ouais... je comprends qu'elle s'inquiète, mais j'sais pas quoi faire de mes journées. Si je m'éloigne de plus de 200 m de la maison, retour à la case départ. Pas mieux que la prison.
-Bien sûr que si, David, tu as ta soeur. Et tu m'as moi, maintenant. C'est mieux que dans des murs gris avec d'autres criminels, non ?
-Ouais... t'as raison.
-Allez, viens, on va rentrer.



-Je me demande comment tu fais pour pas avoir encore de mec. Nan, sérieux, t'es canon et gentille. Ça court pas les rues des filles comme toi.
-Haha, tu comptes obtenir quoi avec ça ?
-Comment je me fais accuser direct, quoi !

Je fis une gentille tape à David, en riant avec lui, sur le chemin du retour. Il avait bon fond, et je sentais qu'il semblait bien mieux que dans les débuts de son arrivée ici, d'après les descriptions d'Alice. J'avais une confiance étrangement solide dans son rétablissement moral.



Le lendemain, je me préparai à nouveau pour aller au travail, après avoir reçu une nouvelle commande à domicile.

-C'est moi, commença Alice, ou cette histoire de livraison commence à se répéter beaucoup ?
-Non, c'est bel et bien récurrent, répondis-je. La personne en question est visiblement beaucoup occupé par les réunions ces temps-ci.
-Ouais, beaucoup occupé par la paresse, ironisa Alice.



-En même temps, tu veux que je fasse quoi ? C'est mon boulot, et on doit répondre à toutes les demandes. Raaah, ce que ça peut me stresser...



-Fais gaffe, à t'énerver tu vas recommencer à jurer et à parler toute seule. Souviens-toi des évals de la deuxième année...
-Oui, je sais... Mais bon, je vais faire ce que je peux.

Je quittai alors ma meilleure amie pour les folles animations du travail.



Bien sûr, le détour par le centre de bureaux fut inévitable... Mais je patientais encore avec beaucoup de calme. Après tout, je n'avais pas de raison de m'énerver ?



Et je finis ma journée, dans les heures creuses du restaurant, laissant les services du soir à d'autres personnes...



Les rues calmes me soulageaient de ma fatigue, accumulée après tant de plats amenés à la table...



Et l'odeur des fleurs du jardin était un petit plaisir quotidien qui faisait de ma journée le résumé d'une vie agréable.



Je me réjouis à la vue de mon amie et de son frère, agités dans une compétition commune.

-Si tu t'y prends comme ça t'es pas prêt d'être premier un jour ! s'enquit Alice.
-Ah mais attends, tu vas voir si tu l'évites celui là ! menaça David.



-Alors, en plein effort ? m'amusai-je.
-Salut ma poupounette ! me répondit Alice. Je suis occupé à mettre une raclée à ce cher frère incapable de reconnaître que je suis plus forte que lui au jeux de course !
-Mais tu triches ou quoi ? Merde ! se plaint David.



-Non, ça s'appelle du talent mon petit père ! se moqua Alice.
-Ouais, attends, les raccourcis y'a pas que toi qui les connaît...
-Un combat de force s'engage, haha ! Ris-je.



Mais une fois de plus, le téléphone eut raison de ce moment de jeu.

-Allô... Quoi ? Euh... non, Émeline, ça ne me dérange pas... Bien sûr... Comptez sur moi. Oui, à tout de suite.



-Une autre commande ? interrogea Alice.
-Môssieur le client roi demande une nouvelle livraison expressément ce soir ! Je suis à nouveau la seule disponible, parce qu'évidemment, c'est le rush au restaurant... Raaah !!
-Be careful ma poupounette ! Tu t'énerves là !
-Ouais, je sais !



Agacée, je rejoins alors une fois de plus le centre d'affaires...



Mais la patience s'évapora et le temps usa mes nerfs. J'étais éreintée de ces commandes capricieuses.

-Grrrmmbll...



-Raaah ! Si je pouvais faire tomber de l'immeuble le connard qui me fait chier à 7h du soir ! C'est PAS possible de faire venir constamment les gens comme ça ! La prochaine fois je lui livre de la merde, on va voir si ça lui plaît toujours !!



-Oui, c'est vrai que c'est agaçant les gens comme ça, on est toujours dérangé. Pourrais-je avoir ma commande maintenant ?
-...
avatar
Shloupi
Architecte de l'Atlantide

Messages : 448
Date d'inscription : 03/01/2014
Age : 25
Localisation : Orléans

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Echappatoires

Message par Sora le Sam 21 Juin - 23:29

Yé un épisode :D

Oups hahaha Aurore, t'as mis les pieds dans les plats \o/
Je la préfère avec les cheveux attachés. Ça change et c'est vraiment joli :3

Une suite, une suite, une suite!   

_____________________________________________
She's in the Class A Team, stuck in her daydream and been this way since eighteen, but lately her face seems slowly sinking, wasting, crumbling like pastries and they scream ''the worst things in life come free to us''.
Anna May ou la Vérité toute crue, Une vie de colocataires et mon portfolio personel sont par là!
avatar
Sora
Descendance royale

Messages : 585
Date d'inscription : 23/12/2013
Age : 21
Localisation : Canada

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Echappatoires

Message par Sleio le Dim 22 Juin - 6:23

MDR Cette fin !! J'adore !!!!

Par contre j'aime ce que j'aime moins, c'est David et ses casquettes ?! J'ai toujours trouvé ca ringard, c'est une question de goût, mais la bleu fluo dépasse tout XD Enfin ca fait partit du personnage (Bien que je le préfère à Peuuwwaaaalllll !)

Très bonne suite Shloupi ^^
avatar
Sleio
Royauté marine

Messages : 952
Date d'inscription : 20/12/2013
Age : 28
Localisation : Chez Morphée !

Voir le profil de l'utilisateur http://sleio.deviantart.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Echappatoires

Message par Moinonyme le Dim 22 Juin - 8:56

HA J'en étais sûûûre ! Quand Aurore avait dit que son client devait être haut placé, je me suis dit que ce serait la dame de la bibliothèque...
Dans le mille XD Pauvre Aurore, quand même... C'est vrai que ça doit être pénible de livrer tout ça. La fin m'a bien fait rire ^^
Je trouve qu'Aurore est plus jolie les cheveux attachés, en fait Oo

_____________________________________________
Vous aimez les Légacy ?
Vous aimez l'humour un peu pourri ?
Hé, Megane ! Tais-toi !
Megane: C'est une signature, hein. Raconte pas trop ta vie.
Breeef... Retrouvez Megane Cavanaugh dans son Légacy ! C'est par ici que ça se passe ! Et on en est déjà à la génération 4 !
avatar
Moinonyme
Descendance royale

Messages : 1021
Date d'inscription : 20/12/2013
Age : 21
Localisation : Devant mon assiette de la cantine de l'asile.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Echappatoires

Message par Mione le Lun 6 Oct - 7:08

Après trois mois sans mise-à-jour, l'histoire est déplacée dans les Abysse Littéraire.
avatar
Mione
Déesse de la mer

Messages : 1665
Date d'inscription : 19/12/2013
Age : 22

Voir le profil de l'utilisateur http://simplicity.forum-pro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Echappatoires

Message par Shloupi le Lun 20 Oct - 23:38

Haha ! Voilà un Shloupi qui arrive avec un nouvel épisode pour sortir son histoire des abysses ! o/

Episode 4 : Considérations:

J'étais rentrée, morte de honte, raconter à Alice ma mésaventure. Je n'aurais pas vraiment pu savoir que la personne à qui je devrais livrer les plats entendrait ça... encore moins que c'était elle !


-Attends, tu veux dire qu'elle t'a entendu jurer sur elle tout le long ? T'as vraiment dit que tu allais lui livrer de la merde ??
-Oui...


-Haha, t'es vraiment un numéro ma poupounette ! s'esclaffa Alice. Je savais que tu faisais des gaffes, mais là, celle là, c'est la plus énorme !


-Arrête... j'ai vraiment honte, m'apitoyais-je. Je sais même pas si je vais reprendre le boulot après ça.
-Nan mais poupounette ! Faut pas que tu te laisses abattre par ça !


-Je veux dire, continua ma meilleure amie, la nana, elle va juste aller voir ailleurs et puis c'est bon. Elle fait pas la recette de la boutique. Je connais ce restaurant depuis toute petite, et franchement c'est pas ça qui le déstabilisera !
-Mais et moi ? Je suis fichée une des personnes les plus riches du quartier !


-Pff, tu parles, répliqua-t-elle, elle en a pas grand-chose à faire de toi à mon avis. C'est pas méchant mais franchement elle va pas faire ta carrière, et tu vas pas changer sa vie. Détends-toi là dessus.
-Hmm, t'as raison. Merci ma coupinette.


Alice avait certainement raison. Un personnage de son importance ne prendrait peut-être pas même compte de ce genre d'événement après tout. Je décidai de tenter d'oublier cette petite mésaventure, et de continuer ma routine. J'avais d'autres choses autrement plus importantes que ça.


Prendre le courrier était devenu une habitude le matin, Alice n'ayant souvent pas le temps de le relever avant de partir à la librairie. Elle aimait bien y être en avance. C'est toujours son tempérament, dans n'importe quel travail, elle y mettra toujours son maximum.

Les factures étaient donc arrivées, accompagnées d'une lettre du département de la justice de la ville adressé à David. Sans doute quelconque avis à propos de sa liberté surveillée... J'étais curieuse de savoir ce que cela renfermait mais ça aurait été incorrect de l'ouvrir sans sa permission. En tout cas je ne me le serais jamais permise...


-David ? commençais-je. Il y a une lettre qui vient d'arriver pour toi. Ça vient de la justice.

En plein effort de musculation, comme à son habitude, David s'interrompit à peine dans son mouvement pour me parler.


-Hggnnfff... ouais... pose la sur la commode... steup'...hhhh

J'aurais bien obéï aveuglément à cette phrase mais Alice m'avait demandé expressément d'être au courant de quelconque avis à son propos. Je m'imaginais qu'elle s'inquiétait un peu trop mais je ne pouvais pas lui en vouloir. Son comportement était normal après tout. J'aurais sans nul doute été dans le même état qu'elle à sa place.

-Je serais bien curieuse de savoir ce que contient cette lettre, moi... protestai-je.


-Rhaaaa... okay.

David relâcha son emprise de sa barre de tractions et se tourna vers moi.


-À tous les coups ça doit être le papier de la justice qui va me demander encore son compte rendu, là.
-Ha ouais ? Quoi comme compte rendu ?
- Un truc merdique... genre ce que j'ai fait pendant tout le mois tu vois. Faut que ça corresponde avec ce que rapportent les flics.


-La police te surveille ? m'étonnai-je.
-Ouaip. Enfin, les agents de quartier sont censés savoir là où je suis quand je sors d'ici. Et puis ce qui sort et rentre de la maison.
-Genre je suis surveillée aussi en fait ? Nan mais t'as fait qu...
-Bon tu me la file la lettre, ou bien ? me coupa-t-il.


David ouvrit l'enveloppe avec lassitude pour y lire le contenu. Il ne semblait pas vraiment réjoui mais pas non plus inquiet...

-Ouais, c'est bien ça, constata-t-il. J'attendrai Alice pour le remplir.
-Et t'as combien de temps pour le rendre ?
-Chais plus trop... une semaine, j'crois.


-Ouais, j'espère que tu gères bien tout ça. Heureusement qu'Alice est là quand même, tu ferais quoi tout seul ? Je sais bien que c'est pas facile de vous avoir sur le dos, mais tu serais quand même pas retourné chez tati Laurence ! Ta mère a pas l'air super bien vis à vis de ça, quand même. Elle revient te voir quand même ? La dernière fois que je l'ai vue elle n'a pas abordé le sujet avec moi. Je suis peut-être un peu lourde mais tu comprends que je m'inquiète aussi un peu, quand même.


-D'ailleurs... David, tu m'écoutes ?


-Ho ! David ! Wake up !


-Hein ? interrogea-t-il. Euuuh, ouais, désolé, je pensais à un autre truc.


-Ecoute, répondis-je, je sais que c'est pas facile toute cette histoire et j'en ai sûrement pas autant conscience que toi. Mais faut que tu saches qu'on est là pour toi, non ?
-Ouais ouais, t'inquiète. Tu peux y aller, on s'occupe de la lettre et tout ça ce soir.


-Ça marche. Je vais prendre une douche et je file au boulot. À ce soir !
-À ce soir !


-...


J'avais le sentiment d'avoir été un peu rébarbative avec David mais je me disais qu'insister un peu sur tout ça lui rappellerait que c'est important de bien faire les choses. Pour me changer les idées, une bonne douche me fit du bien. Du moins jusqu'à ce que la sonnerie de téléphone n'interrompe ce moment de calme.


-Raaah, putain de merde !

Je me saisis rapidement du téléphone en sortant en trombe de la douche. J'avais bien reconnu la sonnerie, c'était Émeline.


-Oui, allô ?
-Aurore ! J'ai besoin de quelqu'un pour une livraison urgente ! Je n'ai personne d'autre que vous, vous pouvez venir en avance ?
-Quoi ? Mais j'étais sous la douche !
-Le client est très pressé !
-Très bien, je me sèche et j'arrive...
-Merci, vous êtes un cadeau du ciel ! Je vous attends !

Elle raccrocha sur ce, me laissant peu de temps...


-Putain de chiotte !

Je jurai en reprenant mes affaires. Ça ne tombait pas vraiment bien...


Mais soit. Je voulais surtout rendre service à Emeline, qui, visiblement, était une fois de plus dans l'impasse... Ma mère me disait "trop bon, trop con". J'ironisai une fois de plus sur cette phrase dans ma tête. Je ne sais pas si c'était vraiment valable pour tout.


Je pris rapidement le paquet et partit vers le coin de la rue indiqué... Ce fut là que je déchantai rapidement. Soudain, j'étais totalement dépourvue de mes moyens.

-Euuh... Bonjour, Ma... Madame Eloïse D'Aullières ? Ser... Service Nourr...


-Ah tiens, c'est encore vous ? me coupa-t-elle. J'espère que vous n'avez pas tenu votre promesse de la dernière fois ! Je ne tiens pas vraiment à manger ce genre de choses...
-Euuuuuh...

Je fus incapable d'une réponse intelligible. Tout s'était bloqué en moi. Pétrifiée par les retrouvailles funestes avec une personne que je ne pensais jamais recroiser tant j'étais effrayée de sa considération à mon égard.


-Eh bien ne restez pas là à me regarder, donnez moi ce fichu paquet ! Vous n'y avez pas vraiment mis une crotte, si ?

Je m'exécutai sans attendre. Elle inspecta soigneusement le contenu du sac, d'un air peu convaincu...


-J'avais demandé une salade sans cornichons. Pourquoi y en a-t-il là dedans ? Et la sauce, c'est maigre. Vous ne faites pas dans le généreux par ici.


-Oh... je.. euuuh... je regrette, le restaurant est vraiment occupé et...


-Oui, est-ce vraiment là la raison de la piètre qualité de cette salade ? Je peux faire un rapport précis à votre direction pour mon insatisfaction, si vous voulez.
-NON !! m'étais-je écriée, légèrement trop fort. Je... je peux peut-être régler ça moi même !

Elle prit la salade dans ses mains et me la tendit. Elle ajouta fermement :

-Vous allez le faire. Prenez cette salade, et retirez moi les cornichons maintenant. Je fermerai les yeux pour cette fois.


Trop terrifiée pour protester quoi que ce soit, je m'exécutai une fois de plus, docilement. Je passai alors dix minutes à fouiller la salade pour y enlever les morceaux du légume indésirable de la salade de cette dame. Le tout sous les yeux impassibles de cette dernière... Un moment humiliant comme j'en avais rarement eu.

Le soir venu, je retrouvai Alice pour en finir plus calmement avec cette infernale journée...


-Super bon ton ragoût, poupounette, me complimenta-t-elle.
-Merci, c'est la recette de maman.


-Vous avez bien tout rempli avec David, pour les papiers ? ajoutai-je.
-Ouais, enfin tu t'imagines à quel point ça le passionne, hein.
-Je me doute. C'est le premier pour qui ça doit pas être facile...


-Quand je pense quand même que l'autre connasse là, elle t'a fait trier sa salade de merde en pleine rue ! Pure sadique celle-là !
-Bah, j'imagine que c'est une petite vengeance, hein...


-Ouais mais quand même fais gaffe. Faut pas que ça se reproduise. Les gens qui abusent des autres j'en ai vu pas mal.
-T'inquiète pas va, j'arrêterai de lui livrer au pire ?
-Mouais. Je me méfie hein. Ton autre surnom c'est "la fille qui dit tout le temps oui".
-Hey ! m'exclamai-je.



Par un certain côté Alice avait raison. Je m'étais pliée aux quatre volontés de tout le monde... Pour en souffrir après. Mais j'espérais que ce dévouement pouvait me donner un peu de reconnaissance, ne serais-ce que pour un travail bien fait, ou des services rendus...


Me balader sur la plage le soir m'aidait à faire le point, souvent. Le paysage de l'endroit me séduisait toujours autant...


Mais je ne pouvais m'empêcher à repenser à ce qui s'était passé aujourd'hui. J'étais blessée. Le sentiment d'avoir été malmenée se traînait en moi lourdement, pourtant ce n'était qu'un petit accrochage... Mais les intentions des gens sont parfois bien étranges. Peut-être que je ne me méfiais pas assez des autres ?
avatar
Shloupi
Architecte de l'Atlantide

Messages : 448
Date d'inscription : 03/01/2014
Age : 25
Localisation : Orléans

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Echappatoires

Message par Angélique le Lun 20 Oct - 23:54

J'aime bien cette épisode
Elle commence à me saouler là, l'espèce de noble (je ne sais déjà plus son nom xD)
Sinon, David est bien mystérieux
J'aime beaucoup les photos où Aurore est sur la plage
avatar
Angélique
Poisson de banc

Messages : 635
Date d'inscription : 01/02/2014
Age : 14
Localisation : Chez moi x)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Echappatoires

Message par Mione le Mar 21 Oct - 0:11

Un seul mot : ENFIN !!!!!!!!!!!!!!!!

Bon, Eloïse est une pétasse, Emeline aussi. Alice a trouve un peu trop en arrière plan, tandis que David cache bien des choses.

Hâte à la suite, on se voit dans trois mois ! :P (Non je blagueeee)

avatar
Mione
Déesse de la mer

Messages : 1665
Date d'inscription : 19/12/2013
Age : 22

Voir le profil de l'utilisateur http://simplicity.forum-pro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Echappatoires

Message par Ayonah le Mar 21 Oct - 9:02

Un épisode bien sombre cette fois ci ! Pauvre Aurore ^^
hâte de lire la suite ! Continue comme ca c'est génial :)
(et ca vaux le coup d'attendre ! *lance un regard malicieux dans la dirrection de Mione* )
avatar
Ayonah
Fouineur des mers

Messages : 346
Date d'inscription : 11/04/2014
Age : 19
Localisation : Devant mon ordi :3

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Echappatoires

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum